Loading...
fr


Belgique Réactions politiques acerbes et pleines de rancune hier suite à l’annonce de l’UEFA. Alain Courtois : première cible.

Dans le privé, un fiasco d’une telle ampleur aurait fait tomber quelques têtes. Dans le public, on se contente de chercher un responsable, de le fustiger, le houspiller par voie de communiqué ou sur les réseaux sociaux et puis… basta.

Hier, toutes les formations politiques de l’opposition ont réagi. Souvent de façon virulente, parfois de manière plus constructive.

Première cible - c’est facile : l’échevin bruxellois en charge du dossier Alain Courtois (MR). "La stratégie d’Alain Courtois de piloter le dossier uniquement depuis la Ville de Bruxelles", pointe l’élu bruxellois de l’opposition Fabian Maingain (Défi) tandis que le CDH local - lui aussi dans l’opposition - estime que cet échec est "une gifle magistrale pour les autorités de la Ville".

Ecolo accuse également Alain Courtois mais aussi le ministre bruxellois du Budget Guy Vanhengel Open-VLD, d’être "les premiers responsables" de ce fiasco. Tous deux "doivent dès aujourd’hui assumer cet échec et travailler à une meilleure alternative".

Ces réactions virulentes n’ont pas reçu un même écho à l’échelon national. Ni la N-VA - trop heureuse de cette issue - ni le MR, assurément gêné aux entournures, n’ont officiellement réagi. Au PS, on s’est contenté d’une très brève réaction du ministre-président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort, qui regrette que "sans volonté politique de toutes les parties prenantes, il est clair que ce projet ne peut pas voir le jour. […] Bruxelles doit […] se demander s’il est encore nécessaire de poser des gestes qui peuvent profiter à la Belgique tout entière."

Même sentiment chez Alain Courtois qui, via Twitter, se demande où est passée l’ambition de la Belgique : "Après 30 ans, on en est toujours au même point. Rénovation par le public : niet. Nouveau stade en partenariat avec le privé : niet. Belgique, où est donc passée ton ambition ?" Une critique à peine voilée de l’apathie totale du gouvernement fédéral MR/N-VA sur ce dossier.

Au final, la réaction la plus sage et pertinente fut très certainement celle de l'ancien Premier ministre - et signataire de la candidature officielle de la Belgique pour l'Euro 2020 en avril 2014, aujourd'hui président du PS Elio Di Rupo qui, en un Tweet, a résumé le vrai problème de ce retentissant échec : "Je ne porte pas de jugement. Il y a eu plusieurs acteurs. On aurait dû prendre le dossier au niveau national.

Le Mur

Aucun commentaire
Tu dois te connecter pour commenter

African FM

RFI Afrique

Radio Okapi