Loading...
fr


Télévision Mardi, Stéphane Guillon n'a pas hésité à critiquer ouvertement le présentateur de Salut les terriens!, Thierry Ardisson, au cours de l'émission C à vous.

Venu sur le plateau de l'émission diffusée sur France 5 pour présenter son livre Journal d'un infréquentable, celui qui a été chroniqueur pour "SLT" entre 2006 et juin 2017 a tiré à boulets rouges sur celui qu'il appelle "le patron". Tout d'abord qualifié de "ringard" pour son traditionnel "ça roule ma poule", Thierry Ardisson est également accusé par l'humoriste de pleurer sur commande à l'antenne... pour le rendre plus humain. "Parfois il ne pleure pas au bon moment… On coupe et on refait la séquence pour qu’il pleure exactement là où il a décidé de pleurer puisqu’en conférence de rédac' on décide que Thierry pleure à tel moment." Stéphane Guillon tempère néanmoins ses propos en affirmant que Thierry Ardisson reste "un grand professionnel des médias".

Des propos qui n'ont pas été goûtés par Thierry Ardisson himself, qui a tenu à remettre les points sur les "i", tout en n'omettant pas d'égratigner Stéphane Guillon à son tour. "Stéphane, après ton échec au cinéma, puis ton échec au théâtre, il ne te reste plus que l'invention de fake news pour exister médiatiquement. En dix ans, tu n'as jamais participé à aucune conférence de "Salut les terriens!" et tu n'as pas davantage été présent lors des tournages des témoignages. En revanche, tu gagnais 10.000 euros par semaine et je comprends qu'aujourd'hui cela te manque cruellement. Mais de là à mentir et à me dénigrer sans raison et sans preuve, il y a une limite que tu franchis dans la honte."

Le Mur

Aucun commentaire
Tu dois te connecter pour commenter

Votez !

Ta note :
Total : (0 votes)

Actus

Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute
Publié il y a moins d'une minute

African FM

RFI Afrique

Radio Okapi