Loading...
fr


Lior Refaelov a dû attendre jusqu’à 23 heures avant d’apprendre qu’il était le 67e Soulier d’or."J’étais plus stressé qu’avant un match au sommet", disait-il en sortant de la limousine qui l’avait conduit jusqu’au studio de VTM. "C’était une soirée de derby anversois."

Quand avez-vous pensé que vous pourriez gagner ?

"Je savais que j’avais une chance de l’emporter, surtout grâce à mon but en finale de la Coupe de Belgique, grâce à notre campagne en Europa League dont notre victoire face à Tottenham, et grâce au très beau football que nous avons joué. Mais je n’étais pas sûr du tout de gagner. Je crois que c’est surtout une récompense pour mes dix ans en Belgique."

Vous ne l’avez jamais remporté en tant que joueur de Bruges.

"C’est vrai. J’avais beaucoup de concurrence au sein du Club même. À l’Antwerp, Ivan (Leko) a trouvé ma meilleure position sur le terrain, et je suis aussi important dans le vestiaire. Mais les Brugeois ne m’ont pas oublié. Les supporters m’ont souhaité bonne chance sur les réseaux sociaux. Cela m’a fait chaud au cœur."

Si vous pouviez échanger ce trophée pour un titre de champion de Belgique avec l’Antwerp…

"Sale question (rires). Écoutez : j’ai déjà gagné le titre et la Coupe, mais pas encore un trophée comme celui-ci. Laissez-moi le savourer. Et puis, j’espère qu’on va vite retrouver notre meilleur niveau avec l’Antwerp. C’était un désastre à Malines, pour plusieurs raisons. On joue un match capital à La Gantoise."

Vous serez assez reposé pour ce match à Gand ?

"Il faudra bien. Mais maintenant, je suis très fatigué. C’était le premier jour de Frankie Vercauteren. Il nous a d’emblée donné deux entraînements. J’ai dû me dépêcher pour mettre mon costume pour venir à la remise du Soulier d’or. Jeudi sera encore une journée assez chargée. Puis, je me focalise sur La Gantoise."

Avec ce Soulier, ce sera plus facile de négocier un nouveau contrat à l’Antwerp.

"Le président et monsieur d’Onofrio seront contents pour moi. On discute déjà d’un nouveau contrat, et on est sur la bonne voie. On trouvera bientôt une solution."

Vous avez 34 ans, vous allez encore jouer combien de saisons ?

"Deux ou trois, je crois. C’est surtout dans la tête qu’il faut rester motivé. Je ne songe pas encore à la fin."

Est-ce qu’un retour en Israël est possible ?

"Les journalistes israéliens me demandent toujours si je vais terminer ma carrière au Maccabi Haifa, où tout a commencé. Mais on se sent tellement bien en Belgique, que je ne sais pas encore si on va retourner."

Vous ferez la Une des journaux en Israël, ce jeudi ?

"Aucune idée, je n’ai pas eu le temps de suivre les médias israéliens, ce mercredi. Mais il est clair qu’un joueur israélien n’est pas tous les jours élu meilleur joueur d’un championnat étranger."

Le Mur

Aucun commentaire
Tu dois te connecter pour commenter

African FM

RFI Afrique

Radio Okapi