Loading...
fr


Des candidats finalistes de l’enseignement secondaire et professionnel(EPSP) au lycée Sacré cœur à Kinshasa, le 28/04/2015 après la dissertation, la première épreuve de l’examen d’état, édition 2014-2015. Radio Okapi/Ph. John BompengoDes candidats finalistes de l’enseignement secondaire et professionnel(EPSP) au lycée Sacré cœur à Kinshasa, le 28/04/2015 après la dissertation, la première épreuve de l’examen d’état, édition 2014-2015. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Des candidats finalistes de l’enseignement secondaire et professionnel(EPSP) au lycée Sacré cœur à Kinshasa, le 28/04/2015 après la dissertation, la première épreuve de l’examen d’état, édition 2014-2015. Radio Okapi/Ph. John Bompengo
La première épreuve réservée à la culture générale de l’examen d’Etat s’est déroulée dans la quiétude dans la majorité des centres du territoire de Walikale au Nord-Kivu, ont indiqué lundi 22 juin les responsables de la sous-division de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnelle (EPSP). Ils craignaient que cette session n’ait pas lieu à cause des accrochages signalés la veille, entre les Forces armées de la RDC et la coalition de Cheka. Plus de cinq cent quatre-vingt-treize mille candidats participent à cette édition 2015 de l’examen d’Etat sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo.

Selon les responsables de la sous-division de l’EPSP de Walikale, la session a commencé avec deux heures de retard, suite à l’arrivée tardive des items dans les centres de passation des épreuves. A cela s’ajoute, des cas d’absences des candidats qui seraient liés au trajet à effectuer pour atteindre les centres du déroulement de l’examen d’Etat.

Les mêmes sources ont ajouté qu’en général, les examens ont été lancés dans tous les 8 centres du territoire, en attendant l’évaluation de cette première journée pour avoir le taux global de participation.

Pour sa part, la société civile locale a émis des craintes par rapport aux élèves qui devraient venir des villages éloignés pour passer la nuit dans leurs centres et qui n’ont pas pu à cause de quelques incidents sécuritaires enregistrés dimanche 21 juin vers Kibua sur l’axe Goma-Walikale.

A en croire les responsables militaires dans la région, une coalition des Maï-Maï Cheka et Raïa Mutomboki ont barricadé la route à Kibua et se sont livrés au pillage avant d’être chassés par les FARDC qui continuent à sécuriser l’axe ainsi que les centres d’examens sur cet axe.

Par ailleurs, en territoire de Masisi, un centre a été délocalisé suite aux accrochages entre FARDC et les rebelles rwandais des FDLR, a affirmé la ministre provinciale de l’Education.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Le Mur

Aucun commentaire
Tu dois te connecter pour commenter

African FM

RFI Afrique

Radio Okapi