Loading...
fr

Actualités

Actualités, News, Habari

Actus de catégorie "Développement"
Publié: Hier, 14:32
Le 22 avril 2021, le podcast Voix durables de l'Institut de la Francophonie pour le développement durable vous propose une excursion sonore dans les forêts mondiales. Pour écouter le podcast: https://smartlink.ausha.co/voix-durables/4-preserver-nos-forets Principal abri de la biodiversité terrestre, les forêts régulent le climat et aident à atténuer les effets du changement climatique Pourtant, ces espaces à préserver sont confrontés à de nombreux risques. Comment conserver et gérer durablement nos arbres et nos forêts ?  Quelles techniques mettre en oeuvre pour gérer et sauvegarder leurs ressources ?   Au programme:  INVITÉ  Yves Bergeron, écologue forestier québécois, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie et en aménagement forestier durable.  PROJET DURABLE  La stratégie nationale de foresterie communautaire en RDC, dans les forêts du Bassin du Congo.  En République démocratique du Congo la stratégie nationale de foresterie communautaire permet aux communautés de posséder légalement leurs forêts coutumières en échange d’une gestion durable de ces espaces forestiers.  Rencontre avec quatre acteurs de terrain qui encadrent cette stratégie ambicieuse :  Fifi Likunde, Cheffe de la Division de foresterie communautaire auprès du Ministère de l'environnement et du développement durable en RDC;   Jean-Christophe Bokika, président de l’association Mbou Mon Tour; Théophile Gata Dikulukila, Directeur Exécutif du Centre d’appui à la gestion durable des forêts tropicales; Serge Sabin Ngwato, Chargé des campagnes forêt chez Greenpeace Afrique. Bonne écoute ! Vous aimez Voix Durables ? Parlez-en sur les réseaux ! #VoixDurables Une question, un sujet à nous proposer, une initiative à nous faire connaître ?  Contactez l'équipe à cette adresse : voixdurables@gmail.com [MOGED]
Publié: Hier, 11:53
Le Jour de la Terre fut célébré pour la première fois, aux États-Unis, le 22 avril 1970. Fondé en 1990, Jour de la Terre France est une organisation de bienfaisance gérée depuis Montréal qui inspire et supporte les citoyens et organisations à travers l’ensemble du pays. Au fil des ans, Jour de la Terre France est devenue une organisation ainsi qu’une journée environnementale d’envergure, célébrée dans plusieurs pays à travers le monde. La mission : Accompagner les personnes et les organisations à diminuer leur impact sur l’environnement. Le Jour de la Terre a lancé une campagne de communication sous le thème « Prenons soin de la planète ». Elle met en vedette des animaux devant eux-mêmes nettoyer leurs milieux de vie pollués, sera diffusée en France pour sensibiliser la population à l’urgence d’agir pour l’environnement. Cette campagne est accompagnée d’une invitation aux citoyen·ne·s à prendre des actions concrètes dans leur communauté pour témoigner de leur engagement envers la planète. Les citoyen·ne·s sont invité·e·s à partager sur leurs réseaux sociaux ce qu’ils ou elles font pour prendre soin de la planète à travers des témoignages vidéos (sous forme de « stories »), en utilisant le hashtag #PrenonsSoindelaPlanète. Les Français·e·s sont aussi convié·e·s à signer l’appel du Jour de la Terre pour rester informé·e·s et participer à des événements virtuels organisés dans le cadre du Jour de la Terre. « À travers cette campagne médiatique, nous souhaitons stimuler une prise de conscience sur l’urgence de la crise écologique, puis inciter les citoyen·ne·s à passer à l’action. Il est grand temps de prendre soin de notre planète. Et les solutions existent ! Cette nouvelle campagne mettra à l’honneur des citoyen·ne·s qui agissent dans leur communauté pour protéger notre environnement, pandémie ou pas. », affirme Pierre Lussier, Président du Jour de la Terre. Source de l'information Voir le clip vidéo de la campagne Pour en savoir plus sur l'organisation Jour de la Terre 
Publié: Hier, 11:41
Parallèlement au sommet mondial sur le climat de l'administration Biden,  EARTHDAY.ORG organise son deuxième événement numérique Earth Day Live.  Le direct mondial commence à 12 h, heure de l'Est > Vidéo ci-dessous Des ateliers, des tables rondes et des performances spéciales se concentreront sur Restore Our Earth ™ - nous aborderons les processus naturels, les technologies vertes émergentes et la pensée innovante qui peut restaurer les écosystèmes du monde. D'autres sujets incluront: Littératie sur le climat et l'environnement Technologies de restauration du climat Efforts de reboisement Agriculture régénératrice Équité et justice environnementale Science citoyenne Nettoyages, et plus encore. Les leaders mondiaux du climat, les militants locaux, les innovateurs à but non lucratif, les leaders d'opinion, les leaders de l'industrie, les artistes, les musiciens, les influenceurs et les leaders de demain viendront nous pousser vers un monde meilleur. A propos Depuis sa création, le Jour de la Terre a été consacré à la mobilisation de la société civile: en 1970, 20 millions d'individus - à l'époque, 10% de la population américaine - se sont mobilisés pour appeler à une plus grande protection de notre planète. C'est devenu le premier Jour de la Terre au monde. Au cours des 50 années écoulées depuis ce premier Jour de la Terre, EARTHDAY.ORG a créé des programmes innovants à orientation civique avec des partenaires à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du mouvement environnemental pour relever de nouveaux défis. Nos campagnes environnementales mobilisent des individus du monde entier sur des questions allant de l'inscription des électeurs à l'éducation environnementale. Alors que nous regardons au-delà de 2020 et du 50e anniversaire du Jour de la Terre, EARTHDAY.ORG travaille avec des partenaires du monde entier pour construire un mouvement historique où les citoyens du monde se lèveront dans un appel uni à la créativité, l'innovation, l'ambition et la bravoure dont nous avons besoin pour faire face à notre crise climatique et saisir les énormes opportunités d'un avenir sans carbone. Source de l'information : Earthday.org LIENS : Pour en savoir plus Tous les événements Vidéo sur YouTube
Publié: Hier, 11:17
La Stratégie canadienne pour une économie bleue: Une occasion pour planifier une économie durable pour les communautés de la Baie-des-Chaleurs, et du détroit de Northumberland Pour donner suite à l'engagement du Canada à l’entente internationale relative aux Transformations pour une économie océanique durable[1], le gouvernement fédéral a lancé la phase d'engagement visant à élaborer la Stratégie de l'économie bleue du Canada qui sera présenté à la fin de l’automne 2021[2]. Cette annonce présente une occasion particulière pour les communautés du Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Edward, de la Nouvelle-Écosse, et du Québec maritime de faire valoir leurs intérêts pour la pérennité et la protection des écosystèmes marins qui soutiennent l’économie bleue « durable » de la région. Plusieurs communautés francophones et acadiennes profitent des écosystèmes marins et côtiers de la Baie-des-Chaleurs, au détroit de Northumberland[3], que ce soit grâce aux activités de pêches, de transformation des produits de la mer, d’aquaculture, du transport maritime, du tourisme, sans oublier celles liées à la conservation des milieux marins etcôtiers. Cette richesse, créée grâce à ces ressources naturelles, constitue l’économie « bleue ». Une économie vitale en matière de développement régional pour un territoire dont la gestion est partagée avec le gouvernement fédéral et les provinces du Québec, du Nouveau-Brunswick et de l’Îles-du-Prince-Edward. La santé et la viabilité des écosystèmes marins et côtiers de la région sont de grande importance pour la durabilité de l’économie bleue. Il s’agit par exemple des plantes marines telles que leszostères [4], ou de divers autres assemblages de macroalgues,[5] de marais salants ou saumâtres, de dunes et plages. Alors que, le « monde entier » planifie l’utilisation de l'océan comme un élément essentiel dans les plans de relance économique post-pandémique, nous voulons souligner l’importance de prioriser la pérennité des écosystèmes pour qu’une économie bleue soit « durable ». Pour le faire, il faut entreprendre une planification avec une approche écosystémique, qui anticipe et prend en compte par exemple les impacts cumulatifs [6] de l’augmentation des activités sur ces milieux. Cette approche doit être priorisée même si une gestion écosystémique du milieu marin est complexe au Canada alors que le domaine maritime (colonne d’eau) est de compétence fédérale, tandis que les politiques régionales concernant l’utilisation du territoire terrestre et des ressources naturelles des zones côtières sont de compétences provinciales.   Par ailleurs, nous devons souligner que les impacts des changements climatiques sur les écosystèmes marins sont préoccupants et leurs effets à long terme devront être considérés pour toutes les activités de l’économie bleue. En effet, l’augmentation atmosphérique de la concentration en CO2 joue un rôle important dans le changement de la chimie des océans ayant des conséquences négatives sur la croissance de nombreux organismes marins incluant les planctons, mollusques, crustacés, et coraux., qui sont la base de la chaîne alimentaire. De l’installation des Premières Nations à aujourd’hui, l’océan a permis de faire prospérer les communautés côtières de la Baie-des-Chaleurs, et du détroit de Northumberland depuis des millénaires. De ce fait, l’effort principal de la Stratégie de l’économie bleue du Canada doit considérer les impacts cumulatifs de l’ensemble des activités qui reposent sur les écosystèmes, porter une attention particulière sur la réduction des émissions de CO2 et prioriser la conservation et la restauration des écosystèmes marins pour que cette économie soit et demeure durable. L’annonce du 8 février 2021, par la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, de créer une Stratégie de l’économie bleue du Canada présente une occasion particulière d’assurer qu’une approche écosystémique et que des mesures destinées à contrôler, à réduire et à prévenir les conséquences néfastes des effets cumulatifs [7] deviennent le point central de la Stratégie. Cet article est rédigé par Anne Lévesque, conseillère au Conseil de la Conservation du Nouveau-Brunswick https://www.mediaterre.org/membres/CCNB/ en collaboration avec Anne Fauré, Professeure dans le programme de maîtrise de gestion des ressources maritimes, Université du Québec à Rimouski. https://www.mediaterre.org/membres/anne_faure/     [1] https://www.canada.ca/fr/peches-oceans/nouvelles/2020/12/le-canada-sengage-a-faire-croitre-leconomie-bleue-sur-le-plan-national-et-dans-le-monde-entier.html [2] https://dfo-mpo.gc.ca/campaign-campagne/bes-seb/index-fra.html [3] https://waves-vagues.dfo-mpo.gc.ca/Library/334420.pdf p.8 [4] http://gibsons.ca/wp-content/up loads/2017/12/eelgrassfacts.pdf [5]https://www.nwt.org.uk/wildlife-explorer/marine/seaweeds-and-seagrass [6]D’après le Conseil canadien des ministres de l’Environnement (CCME) le changement dans l'environnement causé par les multiples interactions des activités humaines, et des processus naturels qui s'accumulent dans le temps et l'espace »https://ccme.ca/fr/res/cedefinitionsandprinciples1.0f.pdf     [7] https://ccme.ca/fr/res/cedefinitionsandprinciples1.0f.pdf
Publié: Hier, 11:13
L’Ong Service d’appui aux initiatives locales de développement (SAILD) et le Friedrich Ebert Stiftung (FES) ont organisé le 16 avril 2021 à Yaoundé un atelier de formation d’une vingtaine de journalistes, sur le thème « Médias et engagement environnemental : élaboration d’une méthodologie ». L’objectif était de renforcer l’intérêt des médias pour les questions climatiques. Le constat a été dressé selon lequel les professionnels de médias (presse écrite, télévision, radio et cyber-journalisme) éprouvent des difficultés à rendre compte des problèmes environnementaux. Certains d’entre eux ont très souvent une faible connaissance du domaine ou trouvent le sujet sensible. D’autres encore estiment que le sujet leur est imposé ou ont du mal à accéder aux données. « En général, les journalistes traitent les questions liées au climat et à l’environnement plus dans une démarche de dénonciation que de sensibilisation ou d’éducation », affirme Ghislain Fomou, chargé du programme « Gestion des ressources naturelles » au SAILD. Pourtant, ils jouent un « rôle informatif et éducatif » dans la sensibilisation des masses afin qu’elles agissent dans le sens de la construction d’un environnement socialement équitable, écologiquement viable et économiquement rentable, précise M. Fomou. « En s’adressant aux médias, on parle à une communauté de personnes. Afin de briser le silence de la scène médiatique face aux crimes environnementaux, il est judicieux de faire d’eux des chiens de garde en leur injectant le vaccin environnement pour engager un changement de mentalités », fait savoir Stéphanie Njiomo, chargé du programme « Climat » au Friedrich Ebert Stiftung. L’efficacité des professionnels passe notamment par la création d’un cadre de travail plus renforcé entre les journalistes, les professionnels du domaine et les institutionnels et le renforcement du networking entre les journalistes à travers la mise en place des groupes d’apprentissage entre les acteurs pour renforcer les connaissances des journalistes sur la problématique.    
Publié: Hier, 11:13
Le Programme Aires Protégées d’Afrique & Conservation (UICN-Papaco) lance un nouveau MOOC sur la gestion des aires marines protégées. Ce cours vient compléter les six cours sur les aires protégées développés par l’équipe de MOOC-conservation en se concentrant particulièrement sur les aspects relatifs aux écosystèmes marins. On y parle de la conception et la création de réseaux d’AMP, de gouvernance, de suivi écologique, mais aussi des activités économiques environnantes et comment les inclure à la gestion de l’AMP. Ce MOOC a été développé par des experts dans leurs domaines respectifs, et il est parsemé d’études de cas vidéo pour vous aider à lier la théorie à la pratique.Les inscriptions sont ouvertes et gratuites sur https://mooc-conservation.org/ 
Publié: Hier, 11:12
Invitation à un événement unique pour souligner le Jour de la terre, le 22 avril 2021, 19H00 EST. "La préservation des forêts grâce aux progrès de la séquestration et du commerce du carbone forestier. «Seeing the Forest for the Trees: How Diversity is unlocking solutions for our future». Le Boivin Center for French Language and Culture de l'UMass et le Rhode Island Historical Society’s Museum of Work tiendront un webinaire (en anglais) traitant d’une approche innovante pour préserver la biodiversité tout en luttant contre les changements climatiques. Voici les thèmes et intervenants: • Les forêts au service des populations - Gaston Déry (Conseiller stratégique et formateur en développement durable, responsabilité sociale et conservation de la biodiversité) • Les champions québécois et canadiens de la conservation de la biodiversité et du développement durable - Jacques Prescott (chef du développement durable et ESG, CarbonConnectTM) • La convergence des cultures à l'origine d'une entreprise innovante - Martin Prescott (Chief Connecting Officer, CarbonConnectTM) • Vers une nouvelle économie forestière - Michael Brent Tolmie (PDG, CarbonConnectTM) Pour vous inscrire gratuitement au webinaire, cliquez sur ce lien: Welcome! You are invited to join a webinar: Seeing the Forest for the Trees: How Diversity is unlocking solutions for our future.. After registering, you will receive a confirmation email about joining the webinar. us02web.zoom.us • Lecture de 1 min
Publié: Hier, 11:12
Sous le thème : «Santé numérique : expériences, défis et opportunités», la conférence en ligne sur l’informatique médicale animée par l’agrégé de l’informatique médicale, le Pr. Georges Bediang, le 15 avril 2021, avait pour cadre la salle des conférences de l’Institut africain d’informatique (IAI) du Cameroun, que dirige le Représentant-résident, Armand Claude Abanda. Avec plus de 3 000 étudiants (nouveaux et anciens) de l’IAI-Cameroun/Centre d’excellence technologique Paul Biya connectés à partir de leurs différents terminaux (ordinateurs, téléphones androïdes, tablettes…), l’expert de haut vol du domaine digital a déroulé de manière magistrale les expériences, les défis et les opportunités dans le sens de la perfectibilité du système médical au Cameroun. Manifestement, dans un contexte marqué par une crise sanitaire à l’échelle planétaire (pandémie de Covid-19 avec ses variants plus virulents), cette conférence tenue dans le strict respect des mesures barrières prescrites par le gouvernement et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) arrive à point nommé. La finalité étant la résolution des différents problèmes au quotidien liés à ce secteur d’activité. Une des technologies nécessaires pour le développement de l’E-médecine. D’après l’universitaire, l’informatique médicale recommande l’usage du numérique dans les domaines de la santé et de la médecine, notamment dans l’administration des soins, des activités de santé publique, de la recherche et de la formation des professionnels du secteur. «Le recours à l’informatique, dans le cadre de la télémédecine ou de la téléconsultation dans un hôpital, donne la possibilité d’avoir des outils permettant de collecter toutes les informations de santé des différents patients. Le but étant de réaliser un certain nombre d’activités avec le plus de célérité, le moins d’erreurs et le moins de conséquences négatives», a précisé le tout premier agrégé d’informatique médicale en Afrique centrale dans son exposé. Un exposé qui, visiblement, va permettre aux étudiants Camerounais en général et de l’IAI-Cameroun en particulier d’accentuer leurs projets dans ce secteur d’activité visiblement en friche. Avec la possibilité pour les spécialistes de développer des applications, devenir coordonateur de projets ou consultant dans le domaine. Et le Représentant-résident de l’IAI-Cameroun, Armand Claude Abanda, par ailleurs président exécutif du Forum des universités et grandes écoles professionnelles d'Afrique Centrale (FUGEPAC), de préciser : «Le but recherché, pour nous, était de sensibiliser nos étudiants afin qu’ils puissent mobiliser leurs génies et qu’ils s’intéressent à l’informatique médicale, à l’heure de la pandémie de Covid-19. Et l’exposé que le professeur nous a gratifié ce jour nous permet de comprendre que dans les pays comme le nôtre, où le taux de médecins, en rapport avec le nombre d’habitants, est souvent bas, l’informatique médicale peut être la solution…».
Publié: Avril 20
Date limite de soumission : 10 mai 2021 Début du contrat : 31 mai 2021 L’Institut de la Francophonie pour le développement durable (IFDD), organe subsidiaire de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), en partenariat avec l’Université Kongo en République démocratique du Congo (RDC), Eden Africa et Ingénieurs Sans Frontières au Cameroun, a reçu un financement du Fonds ACP pour l'Innovation, Programme de Recherche et d'Innovation de l'Organisation des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP), un programme mis en œuvre par l'OEACP, avec la contribution financière de l'Union européenne pour la mise en œuvre du projet de « Déploiement des technologies et innovations environnementales pour le développement durable et la réduction de la pauvreté » (PDTIE) au Cameroun et en RDC.   Description des tâches:  Objectifs des appels d’offres : Afin de doter le projet de prestataires de qualité pour les services ponctuels du projet, il est lancé une série de deux appels d’offres pour les services d’édition, la production des outils promotionnels et l’illustration des activités du projet en plusieurs lots comme précisés dans les appels d’offres concernés.   Les entreprises ou professionnels aux conditions mentionnées dans les appels d’offres sont invités à soumettre leur meilleure proposition technique et financière au plus tard le 10 mai 2021 à l’adresse: « objectif2030@francophonie.org » Merci de vous référer aux deux appels d’offres suivants : Appel d’offres N°006/2021/PDTIE du 20 avril 2021 portant sur les travaux d’édition du projet PDTIE Appel d’offres N°007/2021/ PDTIE du 20 avril 2021 portant sur la production d’outils promotionnels ou la fourniture des services d’illustration graphique   [INNOVONS]
Publié: Avril 19
Conçu comme un document de référence accessible au grand public et basé sur un argumentaire scientifique, ce glossaire présente des définitions objectives et actualisées des principaux concepts politiques, juridiques et historiques qu’implique la question du Sahara marocain. Son objectif est de clarifier les notions fondamentales afférentes à cette question et de contribuer, ainsi, à l’amélioration de la communication du Maroc sur ses Provinces du Sud, en mettant en avant les réalités historiques et sociales à même de pallier les ambiguïtés et les interprétations erronées véhiculées par les adversaires de l'intégrité territoriale du Royaume. Accès au glossaire  Pour en savoir plus sur l'IRES Source : IRES -  Institut Royal des Etudes Stratégiques
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ... » »»

Recherche

Actus

Publié il y a 10 minutes
Publié il y a 10 minutes
Publié il y a 10 minutes
Publié il y a 10 minutes
Publié il y a 10 minutes
Publié il y a 10 minutes

African FM

RFI Afrique

Radio Okapi